top of page

La langue #Bassa compte où se réfère plutôt aux nuits et non aux journées


S'il a été prouvé précédemment que la #langue_Bassa compte où se réfère plutôt aux nuits et non aux journées comme le français, il convient de donner les arguments linguistiques et scientifiques qui sous-tendent cette conception afin de consolider notre compréhension.

Ainsi, deux procédés #langagiers ou #figures_de_style rendent compte de cet état de chose. Donc en utilisant le terme #Hìlɔ qui veut sommeil en lieu et place de du mot #U qui lui veut dire nuit, qui serait plus approprié dans le langage courant, la langue Bassa ne viole aucune règle ou aucune loi linguistique.

Au contraire, elle révèle son dynamisme qui repose ici sur l'usage de la figure de style qu'on appelle la #métonymie. Par métonymie, on entend un Procédé du langage qui consiste à remplacer un mot par un autre mot qui entretient avec le premier un rapport logique, par exemple un objet par sa matière, un contenu par son contenant, la partie par le tout...

On pourra donc dire en français : << boire un verre >> au lieu de << boire du vin ou de l'eau >> ( qui est le contenu du verre ), << il fait noir >> plutôt que << on a coupé le courant >> ou encore << C'est du Obenga >> au lieu de << c'est le style de Théophile Obenga >>

Le Bassa remplace aussi U, la nuit par Hìlɔ car les deux termes entretiennent des rapports logiques : la nuit est faite pour le sommeil.

Ceci étant, il convient d'éclaircir un deuxième point. En réalité, le jour, qui dure 24 heures est constitué d'une moitié éclairée par le soleil qu'on appelle aussi #njǎŋmùha et d'une autre moitié sombre et ténébreuse qu'on appelle #U. Parmi ces deux, c'est, la nuit, U, qui représente la totalité. En un mot, c'est la nuit ou les ténèbres qui priment et a préséance et même prééminence sur la lumière en ce sens que c'est elle, la nuit, qui représente le tout, c'est à la journée et la nuit qu'on appelle en français le Jour et qui a une durée de 24 heures.

Là encore, cette usage trouve sa signification dans la figure de style qu'on appelle la #Synecdoque. C'est un procédé du langage qui est basé sur le rapport d'inclusion où la partie est utilisée pour signifier le tout.

Comme la phrase française suivantes : << demander la main d'une femme en mariage >> quand on sait tous que la main représente la femme en elle-même ou << La réponse de #Yaoundé est attendue dans cet incident diplomatique >> où Yaoundé représente le Cameroun tout entier. De même,Hìlɔ, la nuit, une partie du jour, représente le Tout qui est le Jour. Tout ceci est confirmé par le mot Maomaâ qui veut dire après demain. En effet, c'est un mot composé de deux autres : Mau ( les nuits ), qui est le pluriel de U, la la nuit et Maâ qui veut dire (03) trois. Il est à noter que pour des besoins de prononciation, le U est devenu O.

Outre le Bassa, les langues Betifang ont la même conception. On dira : Melú mebá pour dire deux jours. Notons que Melú ( les nuits ) est le pluriel de Alú ( la nuit ) Par Ndjiki Ngouté



Comentários


bottom of page