top of page

A la découverte de Mem Ngoobla, Rappeur Vútè



CAMEROUN - MUSIQUE


Il est très certainement le premier rappeur Vúté. Mem Ngoobla est un artiste camerounais qui a trouvé son inspiration dans cette musique qui fait fureur au milieu des jeunes. C’est avec un enthousiasme difficilement contenu que nous l’avons rencontré pour en savoir plus sur son parcours. Lisez plutôt.

Bonjour Mem. Tout d’abord, nous vous remercions pour ce petit temps que vous nous consacrez. Avant d’aller plus loin, qui est Mem Ngoobla ?

Yannick Mem Ngoobla est un rappeur Vútè de Sengbé dont le nom d'artiste est Fresh Memy. Le rap en Vútè pour moi, est quelque chose qu'il fallait réaliser par passion, mais également pour montrer que la langue Vútè peut être utilisée sans complexe dans tous les domaines de la vie.

C'est novateur dans la musique Vútè. Pensez-vous que les envies de vos fans glissaient vers ce genre de rythme et comment composez-vous vos textes ?

L’artiste doit évoluer parce que la musique se veut universelle, tous les genres trouvent un public ce n’est vraiment pas aisé changer du jour au lendemain. Je vous avoue que ce n’est pas facile de rapper en Vùté. Mais avec la passion rien n'est impossible. En général je choisis d'abord le thème de la chanson, ensuite j'essaie de trouver les mots qui vont me permettre d'articuler les différentes idées, enfin je fais appel à des expressions, des adages, des proverbes pour appuyer ma pensée.

Quelle est la place de la langue Vútè dans la composition de vos chansons ?

Pour moi le Vútè est la source de tout ce que je suis. C'est une langue immensément riche tant au niveau linguistique que culturel. Mais parfois j'ai l'impression que nous-mêmes ne nous en rendons pas toujours compte.

Que faut-il faire pour que la langue Vútè soit un pilier de la culture camerounaise ?

Je crois que les artistes Vútè doivent effectuer un retour aux sources, produire et diversifier leurs productions artistiques. Ensuite le peuple doit apprendre à consommer massivement cette culture parce que c'est cela qui va encourager les artistes et les créateurs. Enfin je pense que les élites, les mairies, les associations, les promoteurs culturels et toutes les âmes de bonne volonté doivent soutenir cette culture.


Avez-vous un dernier mot ?

Dire merci à tous ceux qui comme vous soutiennent notre culture et nous donnent l'opportunité de nous exprimer et appeler à l'union parce que ce n'est qu’unis que nous pourrons avancer. Merci Merci l’artiste

 

Par Mbaah & Tanga Louk




Comments


bottom of page